Guide de conseils d'infos pour créer et développer votre PME
transactions commerciales

Conseils pratiques pour réussir les transactions commerciales

Dans le monde des affaires, les transactions commerciales provoquent toujours la nervosité des entrepreneurs. Le futur de l’entreprise dépend souvent de l’issu de la négociation entre deux ou plusieurs parties. C’est pourquoi les dirigeants doivent user de quelques astuces afin que le contractant accepte ses exigences.

Quelques techniques pour mener à bien les transactions commerciales

Dans le cadre des opérations commerciales, le commerçant ne peut pas compter sur la chance ni le don naturel. Ces superstitions n’ont pas leur place dans le milieu des affaires. Le dirigeant doit user de son talent de négociation afin que le contractant aille dans son sens. Pour cela, il doit commencer par choisir le lieu de la transaction. Il est déconseillé de négocier dans une zone bondée. La foule peut déconcentrer ou énerver l’autre partie.

Concernant l’accord, l’entrepreneur doit avoir des exigences élevées. Il est tenu d’adopter la position affichée. En règle générale, le vendeur refuse toujours la première proposition. Si l’offre est anormalement basse, la société peut sortir perdante de la négociation. C’est pour cette raison que le manager doit aussi considérer le point de rupture. Il s’agit du montant que le chef d’entreprise n’est pas prêt à dépasser.

Comme les transactions commerciales exigent parfois des concessions, le dirigeant doit défendre sa position avec de bons arguments. S’il souhaite céder à la demande de l’autre partie, l’entrepreneur doit requérir une contrepartie. Avec cette technique, le contractant a l’impression que le commerçant réalise de gros efforts pour aboutir à la signature du contrat.

Des règles de base à respecter dans une transaction commerciale

Pour que les opérations de vente soient bénéfiques à l’acheteur, il est important de bien se préparer. Avec des connaissances sur le fonds de commerce du vendeur, le commerçant peut déterminer sans difficulté le point de rupture à ne pas franchir. Ce détail se définit en fonction des éléments corporels et incorporels de l’entreprise.

A titre illustratif, le bon déroulement d’une négociation d’achat de restaurant à Chambéry, par exemple, ne dépend pas simplement des informations que l’entrepreneur possède sur l’établissement. En fait, avant d’engager les arguments de vente, le manager doit savoir écouter son interlocuteur. Dans le cas où certains propos du vendeur semblent blessants, l’acheteur ne doit pas montrer d’émotion. Il faut garder son sang-froid. Ces remarques sont parfois des stratagèmes pour inciter le contractant à aller dans le sens de l’agent. Peu importe ses dires, il est essentiel de camper sur ses positions.

 

 

 

 

 

Aurelie